Username
Password

Congo

Coopérative Centrale du Nord-Kivu (COOCENKI)

Confédération Paysanne du Congo – Principal Regroupement des Paysans (COPACO)

Fédération des organisations des producteurs agricoles du Congo (FOPAC/NK)

Syndicat de Défense des Intérêts Paysans (SYDIP)

 

 

 

 

Coopérative Centrale du Nord-Kivu (COOCENKI)

INFORMATION GENERALE

Contacts

Adresse : Avenue du marché No 20, commune Kimemi, ville de Butembo, province du Nord-Kivu, RDC

Adresse e-mail : coocenkirdcongo@gmail.com;

Numéro de téléphone : + 243 990 466 240, +243 998 674 546

Nom du Président / Chef élu : KAKULE MWANDU Théophile

Adresse e-mail du Président / Chef élu : cacoocenkirdcongo@gmail.com

Numéro de téléphone du Président / Chef élu : +243 990466240

Nom du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : KAMBALE KATSONGO TAKESYAHAKE Baylon (Directeur)

E-mail du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : baylonkakatsongo@gmail.com ; kakatsongo@yahoo.fr

Numéro de téléphone du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire :+243 998 674 546 ;

Social Media : Facebook

Couverture géographique

Couverture géographique : les 3 territoires Beni, Lubero et Rutshuru dans la province du Nord Kivu.

Création et nature de l’organisation

Date de création : 1980

Contexte de création : La COOCENKI a été créée sous l’initiative de trois coopératives primaires à savoir la COOPAMU Mbingi, la COOPROAGRI Mighobwe et la SOPLAKI de Kayna (COOPAKI). L’Union est née d’un désir des producteurs membres des coopératives de développer un plus large accès à des marchés importants tels que ceux de Goma et de Butembo. En 1987, la COOCENKI a été officiellement reconnue en tant qu’union par le gouvernorat du Kivu, ce qui a renforcé́ son pouvoir de négociation. Cette reconnaissance a été confirmée par le Ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Elevage en 2003.

Statut juridique : La COOCENKI est une coopérative reconnue par le décret provincial N°01/021/CAB/PRP96/IRK/87 puis approuvé par le Ministère de l’Agriculture par la décision N°026/CAB/MIN/AGRIPEL/2003, actuellement immatriculée au Registre des sociétés coopératives sous le numéro 3072/VB/001/T16/2016  

 

MEMBRES

Organisations membres

Nombre des organisations membres (pour les Unions et Fédérations) : 26 et 15 pre-coopératives

Type des organisations membres : coopératives primaires

Noms des principales organisations membres :

  • Coopératives primaires : COOPAMU, COODAKI, COOPADEKA, COOCUVU, COOPROAGRI, COOPALU, COOPAKI, COOAKIKA, COOADEKI, COOAKI, COOADEBU, ACOOPLAKA, COOCUKI, COOPADERU, COOPAKIRU, CAAP, COODEFABI, ACOOMUKI, COODELAK,  CRBBI,  COODRABI, COODABI, COODARU,  CAE, COOPROA, COOPRAKI;
  • Pré-coopératives : COOADELU, COODAMU, COODEPA, COODAEMA, CCNK, COOADEVI, COAGREL, COOWAMA, COOPRAMAB, COOPRIMA, COORIZE, COODERMA, COOPAHA, COOPADEKI, COOPAMA 

Membres individuels

Nombre des agriculteurs/producteurs individuels membres : 8120

Type de membres : agriculteurs familiaux

Nombre de femmes agricultrices/productrices membres : 49% des membres

 

GOUVERNANCE ET STRUCTURE

Organes directeurs :  Assemblé Générale (AG) composé par trois délégués (dont une femme) de chaque coopérative membre ; Conseil d’Administration (composé de neuf membres, dont 4 femmes) ; Commission de contrôle. En outre, quatre comités spécialisés existent : pour la gestion du moulin, du véhicule, du crédit et pour la construction.

Organisation : Le rayon d’action de la COOCENKI est subdivisé en pools géographiques où chaque pool est supervisé par un animateur de terrain et un agronome. Actuellement la COOCENKI compte trois pools :

  • Pool Rutshuru : 11 coopératives primaires. Cultures principales : maïs, haricot, soja, arachide et riz ;
  • Pool Lubero : 12 coopératives primaires et 6 pre-coopératives. Cultures principales : pommes de terre, légumes, manioc, haricot, maïs et café;
  • Pool Beni : 3 coopératives primaires et 9 pre-coopératives. Cultures : riz, maïs, haricot et huile de palme.  

OBJECTIFS ET MISSION

Plan stratégique : La COOCENKI a élaboré son plan stratégique 2013-2017 qui est axé sur : (i) la professionnalisation agricole et le développement des chaînes de valeur agricoles durables ; (ii) l’amélioration de la gestion, de la gouvernance et du leadership au niveau de coopératives et unions ; (iii) la mise en place d’un système professionnel et durable de financement des activités agricoles et économiques des membres ; (iv) le renforcement et le développement des activités économiques porteuses pour l’autonomie financière des coopératives primaires et de l’union ; (v) le développement du membership, partenariat, lobbying et plaidoyer au sein des coopératives et de l’union ; (vi) l’appui au renforcement et au développement des activités économiques des femmes et jeunes paysans ; (vii) l’appui aux initiatives de protection et de gestion de l’environnement pour un développement durable.

Objectifs de l’OP : la COOCENKI a pour objectif (i) d’assurer l’écoulement des produits agricoles et d’élevage sur les marchés à l’intérieur et à l’extérieur de la RDC en faveur de ses membres ; (ii) de créer à toute instance des unités de production et de transformation et fournir une assistance technique à ses membres ; (iii) d’exercer un contrôle administratif, technique et financier sur ses membres et les institutions affiliées à ceux-ci ; (iv) d’assurer la cohérence et promouvoir le développement du réseau ; (v) de représenter ses membres auprès de leurs partenaires aux niveaux local, national et international ; (vi) de définir à l’usage de ses membres les grandes orientations d’un code de déontologie ; (vii) de conclure, suspendre et résilier des contrats de toute nature au nom de ses membres ; (viii) de négocier, garantir et avaliser les crédits bancaires pour appuyer ses membres dans le domaine agricole ; (ix) d’organiser une action médico-sanitaire en faveur de ses membres.

Mission et Vision de l’OP : La vision de la COOCENKI est un monde paysan économiquement fort grâce à l’activité agricole. Les missions de la COOCENKI sont : (i) l’appui à la production agricole familiale et élevage ; (ii) l’approvisionnement en intrants agricoles de qualité ; (iii) la commercialisation des produits agricoles ; (iv) la transformation des produits agricoles ; (v) la structuration paysanne ; (vi) la formation et l’éducation coopérative ; (vii) la promotion féminine, genre et jeunes agriculteurs.

 

AREAS D’INTERVENTION ET ACTIVITES

Areas/secteurs d’intervention principaux : La COOCENKI intervient surtout dans la prestation de services économiques à ses membres.

Activités principales :

Prestation de services économiques

  • Accès à la terreLa COOCENKI a commencé à sensibiliser les producteurs à négocier des grandes étendues de terre auprès des chefs terriens surtout dans l’approche colline ;
  • Accès aux intrants. La COOCENKI a commencé à rendre disponible les nouvelles semences, les engrais inorganiques et les herbicides à son dépôt central et prend cela comme une des activités principales dans la commercialisation ;
  • Conseil technique et formation (production, post récolte, qualité de produit, transformation). Un groupe de techniciens qui accompagnent les producteurs dans les conseils, formations sur les conduites des cultures et élevage et en diverses formations thématiques est rendu disponible auprès des membres. En outre, la COOCENKI fournit une assistance technique à ses membres notamment en matière d’organisation, de fonctionnement, de comptabilité, d’information et d’éducation coopérative;
  • Accès à des dépôts de stockage. La COOCENKI a contribué à la construction des entrepôts dans certaines coopératives et dispose elle-même d’un dépôt central à Butembo ;
  • Collecte et groupage des produits. Les membres collectent les produits des champs dans les entrepôts des coopératives primaires où COOCENKI arrive les rassembler et les acheminer vers les dépôts centraux pour les mettre aux différents marchés ;
  • Commercialisation des produits (recherche et identification de clients, signature de contrats, enquêtes sur le marché, promotion des produits des membres). La commercialisation des produits agricoles est la principale activité de la COOCENKI ; Pour ça, elle signe des contrats de livraison des produits agricoles avec des institutions bancaires, scolaires, sanitaires et autres ONG humanitaires. Elle assure aussi la commercialisation à de grands acheteurs tels que le Programme Alimentaire Mondial (PAM). 

Représentation et participation à l’élaboration des politiques. La COOCENKI a participé à la réunion d’élaboration du code foncier, aux rencontres organisées dans le cadre de structuration du mouvement paysan au Congo(AGRICONGO/2012-2014), et aux ateliers provinciaux pour l’élaboration du dossier de plaidoyer sur le financement agricole en RDCongo (AGRICONGO/2014-2016) ;

Prestation de services sociaux. La COOCENKI dispose d’un centre de formation paysanne à Mighobwe (CEFOPAM) qui conduit un programme d’alphabétisation et d’élevage de lapin.

Principaux produits des membres : riz, soja, maïs, haricot et arachide, manioc, café, pommes de terre, légumes, huile de palme.

 

PARTENARIATS

Partenariats principaux : Agence Française de Développement (AFD), AGRIPROFOCUS, Agriterra (pour une liste complète des projets financés par Agriterra, cliquez ici), Centre d'Adaptation et de Production des Semences Améliorées (CAPSA), Centre de Développement rurale (CEDERU), Conseil Régional des organisations non gouvernementales (CRONG), Collectif Stratégies Alimentaires (CSA-asbl), Direction du développement et de la coopération de la Confédération Suisse, (DDC), Eastern African Famers Federation (EAFF), International Fertilizer Development Center (IFDC), Food and Agriculture Organisation (FAO), Fonds International de Développement Agricole (FIDA), Fédération des Organisations des Producteurs Agricoles au congo-Nord Kivu( FOPAC/NK), le Gouvernement/Ministère de l’ Agriculture et les services Etatiques (Inspections du développement rural, de l’agriculture, de l’économie et de l’environnement), Institut national pour l’Etude et la Recherche Agronomique (INERA), Ligue des Organisations des Femmes Paysannes du Congo (LOFEPACO), Reseau Wima, Syndicat de Défense des Intérêts Paysans (SYDIP), Union Européenne (UE), VredesEilanden Country Offices (VECO) ; ZOA.

Projets principaux : 

  • Projet d’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK) (2015-2024), financement FIDA. Dans le cadre de ce projet, le COOCENKI, avec LOFEPACO, la Fédération des Organisations des Producteurs Agricoles du Congo (FOPAC) et la SIDYP est responsable de l’exécution d’une composante du programme sur la base de certains critères et d’un profilage institutionnel qui a été menée pendant la phase de formulation du projet. La COOCENKI a été retenu dans le cadre du PASA-NK comme organisation chef de file pour la filière mais sur la base de leur expérience et équipement ;
  • Programme d’ Appui aux Organisations Paysannes Africaines (PAOPA) 2013-2017, (financement FIDA, UE, DDC, AFD) visant soutenir le renforcement des capacités des organisations paysannes africaine ; La COOCENKI participe au PAOPA en tant que membre deEAFF ;
  • Programme de Réhabilitation Quantitative et Qualitative de Café Arabica en RDC (2014-2016),  financement VECO. La COOCENKI accompagne techniquement la production agricole du café de qualité ; des plantules (pépinières) ; et la sensibilisation des caféiculteurs au regroupement autour des micro stations de lavage du café (MSL) ;
  • Programme de développement de la chaine de valeur riz en secteur BENI-MBAU-Territoire de BENI (2014-2016), financement VECO. Le programme vise l’augmentation de la production du riz respectant l’environnement, la structuration des entreprises coopératives agricoles et l’accès aux marchés par les riziculteurs;
  • Projet d’appui à la sécurité alimentaire des ménages vulnérables en secteur de RWENZORI-Territoire de BENI (2014-2016), financement de ZOA. Ce programme intervient dans le relèvement des productions agricoles et animales ainsi que les revenus de ménages vulnérables agricoles ; le renforcement des systèmes de mise en marché collective des produits agricoles et la transformation.
  • Projet d’électrification des villages Migihobwe-Kirumba-Kasando en territoire de Lubero-Sud au Nord-Kivu (2014-2016), financement du Gouvernement provincial du Nord-Kivu.    
  • Catalyze Accelerated Agricultural Intensification for Social and Environmental Stability (CATALIST 2) (2013-2016) (financement coopération hollandaise), en collaboration avec IFDC;
  • Programme d’appui aux chaines de valeur des petits producteurs en territoire de Rutshuru/RDC “Achat par le progrès-P4P” (2016), financement PAM (2016). Le programme intervient dans la production agricole et transformation (maïs, haricot,soja); la commercialisation des produits agricoles (connecter les petits producteurs aux marchés locaux et institutionnels); les questions de genre et alphétisation des adultes; la mise en place des sysstèmes efficaces et efficientes d’accès au financement en milieu paysan; la mise en place des systèmes de suivi-évaluation dans les OP. Ce programme est exécuté en collaboration avec FAO et CSA.
  • Projet d'appui à la promotion des activités économiques des producteurs et des coopératives Agricoles (PACEC-Congo) (2011), financement Agriterra ;
  • Transformation et commercialisation du manioc en Territoire de LUBERO (2011), financement Agriterra.
  • Programme de formation des leaders paysans (2002-2007), financement Agriterra

Adhésion à des autres organisations : Au niveau national, la COOCENKI est membre de la FOPAC NK, la LOFEPACO et du réseau WIMA. Au niveau régional, la COOCENKI est membre de EAFF et par ce biais de l'Organisation panafricaine des agriculteurs (PAFO).

SOURCES D’INFORMATION PRINCIPALES, PUBLICATIONS ET PRODUITS

  • AgriCord, agro-info.net, fiche de présentation de la COOCENKI. Disponible ici
  • CSA, Coopérative Centrale du Nord Kivu (COOCENKI). Disponible ici
  • Ecocongo, La dynamique paysanne au Nord-Kivu, 2011. Par Frans Van Hoof.Disponible ici
  • Ecocongo, Une Union de Producteurs escalade la chaine de valeur, 2011. ParDaniel Muhindo Bunambo. Disponible ici  
  • Ecocongo, Le mouvement paysan en RDC – les leçons du passé, 2011. Par Frans Van Hoof. Disponible ici
  • FIDA, Projet d’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, 2015. Disponible ici;
  • FIDA, Projet d’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, Document de travail 1, Renforcement institutionnel des Organisations Paysannes, 2016 ;
  • FIDA, Projet d ’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, Document de travail 2, Plan d’affaires des services économiques des organisations paysannes (OP), 2016 ;
  • FIDA, Engaging with farmers’ organizations for more effective smallholders development, 2015. Authors: Roberto Longo, Pierre Baris, Valeria Galletti, Fanny Grandval.Disponible ici.
  •  IFDC. Rapport de synthèse pour la période 2006-2011, Condensé des activités du projet CATALIST à l’Est de la République Démocratique du Congo, 2011. Disponible ici
  • F. Van Hoof. Changer l’agriculture congolaise en en Faveur des familles paysannes, 2011, 146 pages. Disponible ici

Dernière mise à jour : Octobre 2016

 

 

 

Confédération Paysanne du Congo – Principal Regroupement des Paysans (COPACO)

INFORMATION GENERALE

Contacts

Adresse : BP 15817 KIN.I, 23 avenue Sukambundu, Q/3, Commune de Masina, Kinshasa, République Démocratique du Congo

Adresse e-mail : copacoprp@yahoo.fr copacoprp.rdc@gmail.com

Numéro de téléphone : (+243) 811 648 430 – 897 967 794 – 813 840 336

Nom du Président / Chef élu : Nathanel BUKA MUPUNGU

Adresse e-mail du Président / Chef élu : b52nathan@gmail.com

Numéro de téléphone du Président / Chef élu : +243 851042051

Nom du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : Mélanie KASOMA LASOM’

E-mail du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : elbonheur1@gmail.com

Numéro de téléphone du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : +243 855716108

Site web :http://www.copacoprp.org

Social Media :https://www.facebook.com/Copaco-792300834126814/

 

Couverture géographique

Couverture géographique : Nationale.

Création et nature de l’organisation

Date de création : 28 février 1998

Contexte de création : La Création de la COPACO est à la fois une réponse aux atteintes subies par les paysans durant de nombreuses années (spoliation par les commerçants, l’exploitation, les violations des droits fondamentaux des communautés paysannes, les inégalités sociales, les tortures, l’exclusion aux organes de décision et d’exécution, les arrestations arbitraires) et à la volonté de disposer d’une représentation du monde paysan extérieur au système de syndicat et de parti unique.

Ainsi, en 1986 un groupe de pression dénommé « MAKESA » est crée dans le but de combattre la peur parmi les communautés paysannes. Il s’ensuit en 1992 la structuration des Comités d’Actions paysannes pour le Développement des Communautés Villageoises (CADECOV).

Un Programme de Concertation Paysanne (PCP) va voir le jour. Dans ce cadre, une série de réflexions sur les décisions qui influencent la vie en milieu rural et la problématique de participation de cette dernière à ces tribunes de prise de décisions ont été organisée en (1995-1997). Ces journées des concertations paysannes ont abouti à la mise en place d’un comité national Provisoire d’Encadrement Paysan « CNPEP » avec mandat d’identifier le GAO (Groupement, Associations et Organisation).

Après la chute du régime dictatorial, le CNPEP organisa une Journée Rencontre des CADECOV, incluant les et des GAO identifiés et sensibilisés sur le principe d’une organisation paysanne nationale.

Ainsi, après l’approbation des décisions par les représentants de 30 structures paysannes ressortissantes de 7 provinces membres de CADECOV et de GAO, la COPACO-PRP a vu le jour, le 28 février 1998.

Statut juridique : La COPACO-PRP est une association sans but lucratif reconnu par l’Etat congolais à travers le récépissé JUSTICE/C/S/20/768/2003/F92/7115.

 

MEMBRES

Organisations membres

Nombre des organisations membres (pour les Unions et Fédérations) : 452

Type des organisations membres : Organisations paysannes et des petits producteurs agricoles, union des coopératives agricoles, fédérations paysannes, mutuelles d’épargne et crédit, associations, groupements paysans.

Noms des principales organisations membres :

  • Alliance Paysanne pour la Souveraineté Alimentaire (ASA)
  • Association des Bouchers et Fermiers du Congo (ABFECO)
  • Association des Petits Fermiers Indépendants (AFI)
  • Association des Eleveurs-Agriculteurs de Bushagire (AEB)
  • Association des Groupements des Eleveurs et Agriculteurs et du Kasaï-Oriental (AGEAK)
  • Association des peuples autochtones de NIUNZU
  • Centre d’Action pour le Développement des Communautés Villageoises de Mawanga (CADECVIM)
  • Centre Congolais pour la protection de la nature (CCPN)
  • Coopérative des Paysans de Lonzo (COPALO)
  • Collectif des Fermiers et Eleveurs du Kwango (CAFEK)
  • Fédération des coopératives chrétienne du Congo (FECCO)
  • Solidarité des Initiatives locales et organisations paysannes (SILOP) de Maniema
  • Lutte contre la pauvreté (LUNACOP)
  • Mutuelle d’épargne et de Crédit Eyano (MEC IDEC)
  • MUKONO MUKONONI (Mains dans la main)
  • Organisation Paysanne Ujamaa (OPU)
  • Union des Coopératives Agricoles du Congo (UCOAC)
  • Union des coopératives paysannes de Kinshasa (UCOPAKIN)
  • Union des Femmes Puissance Economique (UFPE)
  • Union des Familles Paysannes de l’Equateur (UFPE)
  • Regroupement des Paysans de Feshi (RPF)
  • Service sanitaire évangélique de droit de l’homme et d’agriculteurs au Kivu (SEDHAKI)
  • Union Paysanne du Maniema

COORDINATION PAYSANNE PROVINCIALE

NOMBRE DES FAMILLES

NOMBRE DES UNITES DE BASE

NOMBRE D’OP

KWANGO

32461

26

75

KWILU

34000

11

82

BANDNDU VILLE

17603

8

24

KINSHASA

27841

4

53

BAS-CONGO

19709

7

32

EQUATEUR

21642

2

24

KATANGA

21107

5

31

KASAI-OCCIDENTALE

19100

6

30

KASAI-ORIENTALE

17122

9

27

MANIEMA

13004

2

36

NORD-KIVU

32000

2

10

SUD-KIVU

17450

3

15

PROVINCE ORIENTALE

18961

3

13

 Source COPACO 28 octobre 2014. NB. Les 2320 organisations paysannes qui ont rejoint la COPACO après l’Assemblée Générale de 2010 ne sont pas encore comptabilisées.

 

Membres individuels

Nombre des agriculteurs/producteurs individuels membres : 292 000 familles soit 1 608 000 paysans

Type de membres : petits producteurs agricoles (éleveurs, pêcheurs, chasseurs, artisans)

Nombre de femmes agricultrices/productrices membres : 627 100

 

GOVERNANCE ET STRUCTURE

Organes directeurs : Assemblée Générale, Haut Conseil des Coordonnateurs, Commission Nationale des Statuts et Conflit, Secrétariat Général.

Organisation :Au niveau de la base, il y a des organisations paysannes locales membres qui sont mis en réseau dans des Unités de Base (UB). Les UB sont structurées en Coordination des Unités de Base (CUB) au niveau des territoires. les CUB constituent les coordinations paysannes provinciales. Les coordinations paysannes provinciales constituent la Coordination Paysanne Nationale (CPN).

OBJECTIFS ET MISSION

Plan stratégique : L’élaboration du plan d’action 2016-2020 de la COPACO-PRP s’inscrit dans le cadre de l’agenda COPACO 2030 - phase I (voir ci-dessous). Cette vision est fondée essentiellement sur le processus de structuration, capacitation et autonomisation des Organisations Paysannes Locales(OPL). Elle se base sur la mise  en place  des mécanismes  d’élimination durable de la faim et de la réduction de la pauvreté  en milieu paysan et rural. Ceci par le développement des filières agricoles sur l’approche de chaine de valeur, le  renforcement de la  structuration des OPL, le développement  de leurs  compétences organisationnelles et de gestion, la défense des intérêts  et des droits fondamentaux des paysans et paysannes producteurs agricoles ainsi que la promotion de l’entreprenariat agricole , la coopération des paysans à paysans, l’amélioration de la  gouvernance  administrative et environnementale ainsi que la lutte contre les changements climatiques.

Ce plan est conforme aux orientations de la Food and Agriculture Organisation (FAO) sur les Directives volontaires, aux Document de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSCRP) et à d’autres programmes nationaux et internationaux touchant le développement du secteur agricole, notamment le Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture Africaine (PDDAA) et le Programme National d’Investissement Agricole (PNIA).

Il est initié au terme des missions d’analyse diagnostique des OPL réalisées par l’équipe technique du Secrétariat National dans les coordinations paysannes provinciales et de la compilation des plans d’actions transmis par ces dernières. Il est également la résultante des missions de suivi et d’accompagnement des organisations paysannes au niveau des provinces dans le cadre du Programme d’appui aux organisations paysannes africaines (PAOPA) (voir ci-dessous).

L’analyse diagnostique a permis d’évaluer les OPL selon certains critères de performance définis en fonction des indicateurs suivants : Gouvernance, capacités de gestion, Autonomie et Gestion financière, Formation, Information & planification ainsi que partenariats avec les acteurs du secteur public et de la société civile.

Cette approche appliquée a permis de déterminer les domaines prioritaires en se référant aussi aux objectifs  assignés par la COPACO qui se résument par  le renforcement des capacités, la défense des intérêts  et la promotion de la vie associative et des droits fondamentaux des paysans ainsi que  la promotion de leurs produits.

Il s’agit des domaines prioritaires ci-après :

  • Renforcement des capacités organisationnelles de production et de gestion des OPL ;
  • Amélioration de l’accès et de la jouissance des droits  fondamentaux  des paysannes et  paysans ;
  • Réduction de la pauvreté et élimination de la faim ;
  • Amélioration de la participation des paysannes et paysans à la gestion durable des ressources    naturelles et à la recherche des solutions au changement climatique ;
  • Information et communication agricole et rurale ;
  • Coordination, planification et Suivi ey Evaluation du Plan ;
  • Promotion du Genre

Objectifs de l’OP : La COPACO-PRP a pour but d’œuvrer pour l’atteinte effective du bien-être social des paysans et paysannes par la prise en compte des considérations des paysans dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques, stratégies et programmes de développement agricole et rural au niveau local, national, régional et international, ainsi que par la promotion du monde agricole et rurale.

COPACO 2030 : Route vers le bien-être social des paysans. La COPACO-PRB a pour objectifs de (i) construire autrement le pouvoir paysan en RDC, de (ii) transformer le poids démographique des paysans en poids économique pour avoir des capacités réel d’influencer efficacement les décideurs en faveur du bien-être social des paysans, et de (ii) promouvoir le dialogue politique multipartite pour la matérialisation des objectifs d’appui du FIDA, de l’Union Européenne et d’autres partenaires au développement en faveur de la démocratie, la gouvernance et la croissance inclusive en République Démocratique du Congo.

Mission et Vision de l’OP :

Vision : Un pays sans paysan pauvre et mal organisé, exposé à l’exploitation, à la manipulation et à     

        la violation multiforme de ses droits fondamentaux.

Mission :

  • Réunir les membres ;
  • Constituer une communauté des donateurs mensuels ;
  • Défendre et promouvoir les intérêts des paysans et de leurs organisations ;
  • Organiser des formations et vulgariser des informations et des idées ;
  • Rendre des services ;
  • Représenter les idées ;
  • Stimuler des initiatives économiques et la collaboration en ce qui concerne la production, l’approvisionnement et les ventes.

AREAS D’INTERVENTION ET ACTIVITES

Areas/secteurs d’intervention principaux : organisation, coordination, défense des intérêts, promotion paysanne, représentation et plaidoyer, renforcement des capacités des membres, fourniture des services économiques aux membres et autres activités transversales. La COPACO a 7 piliers programmatiques à savoir : (i) L’académie Paysanne ; (ii) La Clinique Juridique Paysanne ; (iii) La Caisse Agricole Paysanne ; (iv) La Clinique Santé du Paysan ; (v) Le Centre Paysan pour le contrôle Citoyen des Affaires Publiques ; (vi) Le Week-end d’Autonomie de la femme paysanne ; (vii) La Sécurité Culturelle Paysanne.

Activités principales :

Représentation et plaidoyer

  • Participation à l'élaboration des politiques et analyse. La COPACO mène des études de cas et des analyses politiques. Elle participe à plusieurs ateliers au niveau pays comme le Groupe Thématique 15 (GT-15), la Revue Annuelle du Ministère du Plan et de l’Agriculture, elle est membre de la commission mixte intergouvernementale de sélection et dépouillement des candidats du Programme d’Appui aux Pôles d’Approvisionnement de Kinshasa en Produits Vivriers et Maraichers - PAPAKIN (Programme FIDA en RDC) au Bureau de Liaison FIDA-Pays, et elle travaille en étroite collaboration avec le FIDA –Pays, et le Ministère de l’Agriculture, Pêche ,Elevage et du développement Rural. La COPACO est également signataire de la charte du PDDAA et était membre de l’équipe pays d’élaboration du PNIA de la RDC.
  • Animation de débats thématiques.Dans l’optique de la souveraineté alimentaire, la COPACO-PRP organise des ateliers et des conférences diverses, comme en 2008 avec la conférence « Avec les paysans un autre Congo est possible » ou en 2013 avec la journée mondiale de la lutte paysanne, abordant les thèmes comme l’opposition à la nouvelle révolution verte, la réforme agraire, les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Renforcement des capacités des OP et services aux membres

  • Renforcement des capacités. La COPACO mène des activités de renforcement des capacités des organisations paysannes et des producteurs agricoles en gestion et organisation, en technique de plaidoyer et lobbying, en technique de négociation et de commercialisation.
  • Services aux membres.Elle fournit des services économiques aux organisations membres au moyen de son pilier programmatique dénommé « Caisse Agricole Paysanne », apporte l'appui conseil agricole. La COPACO vulgarise les lois et les instruments des droits de l'homme, accompagne juridiquement les paysans et paysannes à travers son pilier dénommé « Clinique Juridique Paysanne ». En outre, la COPACO a mis en place « l’Académie Paysanne » qui est déjà opérationnelle par ses fonds propres de cotisation des membres.
  • Coordination. Pour développer une dynamique de rapprochement avec ses membres, la COPACO à mis en place 26 coordinations paysannes à travers la RDC. A travers ses coordinations, elle arrive à repérer les problèmes réels des paysans en vue de mettre en place des mécanismes pour les résoudre en commun.

Activités transversales 

  • Prévention des conflits. Dans pays marqués par les armes, la COPACO-PRP promeut la démocratie et la paix à travers le pays, notamment par des actions de sensibilisation à l’endroit des plus jeunes. Cette action se prolonge dans la prévention et l’aide à la résolution des conflits fonciers ;
  • La Clinique Juridique Paysanne de la COPACO contribue beaucoup à la résolution aux problèmes d’accès des paysans à la terre et à la sécurité foncière. Grace à cette approche de clinique juridique paysanne, la COPACO a lancé depuis 2014 son action de surveillance des cas des violations de droits des paysans ainsi que d’une action d’alerte précoce. 39 personnes ont bénéficié d’une formation en la matière dont 27 para-juristes paysans, 6 avocats-conseils et 6 journalistes ;
  • Education à la santé. La RDC étant durement touché par l’épidémie de VIH-Sida, la COPACO-PRP participe à des actions de prévention et d’éducation à la santé. Pour mener cette action, la COPACO a mis en place un autre pilier dénommé « Clinique Santé du Paysan ».

Principaux produits des membres : Maniocs, Mais, Arachides, Niébés, Haricots, Riz, Courges, Café, pomme de terre, ananas, bananes, oignons, ails, les légumes fruits et feuilles, l’élevage des petits et gros bétails, l’huile de palme, le cacao, les piments et les poissons.

 

PARTENARIATS

Partenariats principaux : Gouvernement Congolais,Agence Catalogne de Coopération au Développement (ACCD), Agence Française de Développement (AFD), Alliance AGRICONGO, Direction du développement et de la coopération (DDC), FIDA, RCN Justice et Démocratie Union Européenne, Vétérinaires Sans Frontières (VSF), World Reinforest Movement (WRM).

Projets principaux : 

Adhésion à des autres organisations : La COPACO est membre de la PROPAC et par ce biais de l'Organisation panafricaine des agriculteurs (PAFO). Elle est aussi membre du Réseau Africain pour le Droit à l’Alimentation et de la Via Campesina (LVC).

La COPACO est associée au Département de l’information (DPI) des Nations Unies.

Au niveau national, la COPACO est membre du Comité National pour la Promotion de l’Agriculture Familiale (CNPAF) dont elle assume la présidence.

 

SOURCES D’INFORMATION PRINCIPALES, PUBLICATIONS ET PRODUITS

  • COPACO-PRP, Notre stratégie Commune d’action : c’est la souveraineté alimentaire. Disponible ici
  • COPACO-PRP, PTBA 2013, aout 2013, 15 pages. Disponible ici
  • COPACO-PROP, Le Monde Paysan, Bulletin d’information hebdomadaire de la COPACO N°003/05/12, Disponibile ici.
  • COPACO-PRP & FIAN, Rapport alternatif au comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations-Unis, novembre 2009, 21 pages. Disponible ici
  • FIDA, Final Report of the SFOAP Pilot Phase, 2013. Disponible ici.
  • MINAGRI, Plan National d’Investissement Agricole 2013-2010, 7 septembre 2012. Disponible ici

 

Dernière mise à jour : Septembre 2016

 

 

 

Fédération des organisations des producteurs agricoles du Congo (FOPAC/NK)

 

INFORMATION GENERALE

 

 

Contacts

Adresse : BP 627 – Goma – Nord Kivu, 78 avenue Walikale, Quartier Himbi II : Commune de Goma, Ville de Goma, Province du Nord-Kivu - RDC

Adresse e-mail : fopacrdc@yahoo.fr, fopacrdcongo@gmail.com

Numéro de téléphone : +243 998625497

Nom du Président / Chef élu : Achille MBUSA LUMALISA

Adresse e-mail du Président / Chef élu : achilelumalisa@yahoo.fr ; achilembusalumalisa@yahoo.fr

Numéro de téléphone du Président / Chef élu : +243 994196568 


Nom du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : Tharcis BALIKWISHA KAKULE (Secrétaire Exécutif ai.)

E-mail du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : fopacrdc@yahoo.fr ; fopacrdcongo@gmail.com

Numéro de téléphone du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : +243 998625497



Site web :http://www.fopacnk.org

Social Media :Facebook

 

Couverture géographique

Couverture géographique : Province du Nord Kivu. La FOPAC NK couvre actuellement toute l’étendue de la Province qui a une superficie de 59631Km² soit 2,5% du territoire national.

Création et nature de l’organisation

Date de création: 9 Avril 2002

Contexte de création : A partir de 2000, suite au constat d’une déficience dans la représentation des producteurs, des organisations paysannes (OP) vont entamer un processus de structuration. En mai 2000, une première réflexion est menée à Butembo pour définir un paysan professionnel et une organisation paysanne. En 2001, une autre rencontre est organisée à Mighobwe et débouche sur l’idée de mettre en place une plate-forme des producteurs agricoles du Congo. Les 8 et 9 avril 2002, sous le pilotage du SYDIP/Nord-Kivu, le Syndicat de Défense des Intérêts Paysans, s’est tenue à Béni au Centre d’Accueil Protestant (CAP), l’Assemblée Générale Constituante de la Fédération des Organisations des Producteurs Agricoles du Congo au Nord-Kivu (FOPAC).

Statut juridique : La FOPAC est une plateforme d’Organisations des Producteurs Agricoles (OPA) de droit congolais enregistré sous l’Arrêté n°01/029/CAB/G-P-NK/02 du 26 Octobre 2002 du Gouverneur de la Province du Nord Kivu. Elle a le statut d’association sans but lucratif. 


MEMBRES

Organisations membres

Nombre des organisations membres (pour les Unions et Fédérations) : 88 (source FOPAC 2016)

Type des organisations membres : Organisations des producteurs agricoles, Coopératives agricoles, Syndicats agricoles

Noms des principales organisations membres :

1. Actions Communautaire de Développement Economique et Social (ACPDI) ;

  1. Action pour le Développement Durable et Endogène (ADDE) ;
  2. Action pour le Développement et la Conservation de la Biodiversité (ADCOB) ;
  3. Action pour le salut de l’environnement (ASE) ;
  4. Agro-Industrie Rurale (AGIR) ;
  5. Amis de la Forêt et de l’Environnement pour le Développement (AFED) ;
  6. Association Agricole Tuhimbe nyamubingwa (AATN) ;
  7. Association de développement socioéconomique et lutte contre le chômage (ADELUC) ;
  8. Association de la lutte contre la Faim et la Pauvreté pour un Développement Intégral (ALUFPDI) ;
  9. Association de lutte contre la faim Bitongu  (ALUCOFABI) ;
  10. Association des cultivateurs des collectives des Batangi et Bamate (ACUCOBA) ;
  11. Association des Cultivateurs et Eleveurs au Kivu (ACEK) ;
  12. Association des cultivateurs et éleveurs de Renga pour le développement      (ACERD) ;
  13. Association des éleveurs du petit bétail à Kibumba (AEPBKI) ;
  14. Association des femmes paysannes de Masisi (AFEPANOKI) ;
  15. Association des jeunes unis de Kalonge pour le développement (AJUKAD) ;
  16. Association des Mamamans Cultivatrices de Muvunyi Shanga (AMECMSHA) ;
  17. Association des mamans de Kalonge (ADMAKA) ;
  18. Association des mamans éleveurs et cultivatrices de Kirotshe  (AMECKI) ;
  19. Association des mamans pour le développement intégré (ASMADI) ;
  20. Association des membres agriculteurs de Kyshero (AMAK) ;
  21. Association des Paysans Agriculteurs et Amis du développement (APA-AD) ;
  22. Association des paysans pour le bien être local (APBEL) ;
  23. Association des Paysans pour le Développement Rural (APADER) ;
  24. Association d’encadrement des Paysans des pour la Majoration du Revenu au Congo (AMPCO) ;
  25. Association des petits éleveurs de Kasondo (ASOPELKA) ;
  26. Association des petits éleveurs tanneurs et maroquiniers du Congo (APETAMACO) ;
  27. Association des pisciculteurs de Kalonge (APIKA) ;
  28. Association des producteurs agricoles de Vuhimba (APAV) ;
  29. Association des Producteurs et Vendeurs des Bananes à Bweremana (APROVEB) ;
  30. Association des Producteurs, Transporteurs et Vendeurs des Vivres du Nord-Kivu (APTRAVEN) ;
  31. Association gala (AGA/GALA) ;
  32. Association pour la Promotion agropastorale à Oïcha (APO) ;
  33. Association pour la promotion et le développement social de Mweso (APRODESO) ;
  34. Association pour le Développement Local des Paysans (ADLP) ;
  35. Association pour réduire la pauvreté et l’ignorance à Bobandana (AREPI) ;
  36. Avangi si vavi (AVS) ;
  37. Centre d’Education Nutritionnelle et Environnementale pour le Développement (CENED) ;
  38. Actions pour le Développement et la Protection de l'Environnement (CETEI/ADEPE) ;
  39. Coalition des Volontaires pour l’Unité et la Promotion Intégrale (COVUPI) ;
  40. Collectif des associations des mamans rurales pour l’auto-développement (CAMARADE) ;
  41. Comité des Pêcheurs Individuels de Vitshumbi (CPIVI) ;
  42. Comité pour le développement des agriculteurs de Rubare (CODAR) ;
  43. Complexe d’initiatives des cultivateurs et éleveurs du Kivu (CICEKI) ;
  44. Coopérative des agriculteurs et éleveurs de Rwenzori (COAERU) ;
  45. Cooperative agricole de Mbitso (CAMBI) ;
  46. Coopérative agricole de Buramba (COOABU) ;
  47. Coopérative centrale du Nord Kivu (COOCENKI) ;
  48. Coopérative de développement des agriculteurs et éleveurs de Masereka (COODEAMA) ;
  49. Coopérative de développement des petits éleveurs de la localité de Shakingi (COODEPELOSHA) ;
  50. Coopérative des cultivateurs de Kahibashera Kahunga (COOCUKA) ;
  51. Coopérative des planteurs d’OICHA/Mai moya (COOPLAO) ;
  52. Coopérative des planteurs de Mutwanga (COOPLAMU) ;
  53. Coopérative des Producteurs et des Négociants du Café au Kivu (CPNCK) ;
  54. Coopérative paysanne pour l’amélioration de l’habitat et de l’agriculteur (COOPAHA) ;
  55. Dynamique Paysanne Féminine (DPF) ;
  56. Femmes Unies pour le Développement Endogène et Intégral (FUDEI) ;
  57. Foyer pour la Promotion Paysanne et la Redynamisation des Actions pour le Développement Intégral (FOPRADI) ;
  58. Groupe d’éleveurs et d’agriculteurs de développement socioéconomique (GEASE) ;
  59. Groupe des Eleveurs des Lapins de Kighali (GRELAKI) ;
  60. Intégration de la femme au développement (IFED) ;
  61. Intégration des paysans agriculteurs au développement (IPAD) ;
  62. Jembe Mkononi (JM) ;
  63. Ligue pour la Solidarité Congolaise (LSC) ;
  64. Mutualité des pêcheurs individuels de Vitshimbi (MUPEIVI) ;
  65. Programme d’appui aux Agriculteurs et Eleveurs pour le Développement (PAEDE) ;
  66. Programme de Réhabilitation et de Protection des Pygmées (PREPYG) ;
  67. Programme des agriculteurs pour le développement agricole (PADA) ;
  68. Projet pour la Construction et la fabrication des tuiles (PROCOFABRITU) ;
  69. Réseau des Femmes pour le Développement Intégral (RFEDI) ;
  70. Solidarité Agricole pour le Progrès Intégral (SAPIN) ;
  71. Solidarité pour la Promotion de Développement Intégral (SPDI) ;
  72. Syndicat d’alliance paysanne (SAP) ;
  73. Syndicat de défense des intérêts paysans (SYDIP) ;
  74. Umoja wa vikundi vya wanawake wa Kivu ya Kaskazine (UWAKI) ;
  75. Umoja wa wanawake katika afia na maendeleo (UWAMAMA) ;
  76. Umoja wa wanawake wakulima wa Lubero/Union des Coopératives des Femmes Agricultrices (UWALU/UCOFEA) ;
  77. Union des Agriculteurs pour le Développement de Watalinga (UADEWA) ;
  78. Union des Associations pour le Développement Intégral (UADI) ;
  79. Union des coopératives agricoles du Nord-Kivu (UCOOPANOKI) ;
  80. Union des coopératives pour la vente des produits agricoles (UCOOVEPA) ;
  81. Union des coopératives pour le développement (UCODE) ;
  82. Union des Cultivateurs pour le Développement Agro-pastoral (UCDAP) ;
  83. Union des femmes épouses pêcheurs pour le développement intégré des paysans (UFEPDIP) ;
  84. Union des femmes musulmanes pour le développement intégré (UFMDI) ;
  85. Union des masses ouvrières des jeunes agriculteurs (UMOJA) ;
  86. Union paysanne pour le développement rural  et intégré (UPADERI) ;

88.  Vision des Agriculteurs pour le Développement (VAD). 

 

Membres individuels

Nombre des agriculteurs/producteurs individuels membres : 49 016 (source FOPAC 2016)

Type de membres : Petits producteurs familiaux, éleveurs, pêcheurs et de commercialisation des poissons.

Nombre de femmes agricultrices/productrices membres : 26 502 femmes, soit 54%du total des membres (source FOPAC 2016)

 

GOVERNANCE ET STRUCTURE

Organes directeurs : Les organes de la Fédération Provinciale des OPA sont : l’Assemblée Générale des Délégués, le Conseil d’Administration, la Commission de contrôle, les Unions des OPA de territoire et collectivité et le Secrétariat Exécutif.

Organisation : La structuration fonctionnelle de la FOPAC/NK est opérationnelle de la base au sommet. Pour atteindre ses objectifs, la FOPAC opère le réseautage en différents niveaux : (i) L’union des OPA de collectivités chefferies/secteurs ; (ii) L’union des OPA de territoires ; (iii) La fédération provinciale des OPA. L’Union des OPA consiste à un ensemble d’organisations membres situées dans chacune de ces entités, soit la collectivité chefferie/secteur, soit le territoire. Cette classification des OPA est conséquente du type d’adhésion choisie par elle pendant le processus d’admission comme membre de la fédération. Les OPA sont admises à la FOPAC/NK selon 3 catégories d’adhésions, à savoir : la catégorie collectivité chefferie/secteur, territoire et province.    

 

OBJECTIFS ET MISSION

Plan stratégique : Le Plan stratégique de la FOPAC, couvrant la période 2014-2020, est structuré autour des axes stratégiques suivantes : Lobbying et Plaidoyer ; Information, Education et Communication ; Cadre de concertation thématique ; Genre et jeunes agriculteurs ; renforcement des capacités de la FOPAC et ses membres.

Objectifs de l’OP : (i) Susciter les changements des politiques et des pratiques dans le secteur agricole afin de renforcer les capacités de lobbying et de plaidoyer de FOPAC/NK ; (ii) Structurer et  professionnaliser les producteurs agricoles afin d’assurer les échanges d’expériences entre acteurs agricoles  et la cohésion entre les unions; (iii) Rendre accessible et à temps réel l’éducation et l’information agricoles dans une dynamique de communication  interactive entre producteurs agricoles; (iv) Promouvoir les OPA dans la productivité agricole grâce à l’émergence du leadership basé sur l’approche genre et les jeunes agriculteurs professionnels; (v) Améliorer le mode de gestion et d’organisation de la FOPAC/NK et de ses organisations membres pour une meilleure gouvernance des structures de producteurs agricoles.

Mission et Vision de l’OP : Vision : La FOPAC NK a pour vision l’instauration d’un monde rural sain, viable, durable et favorable aux producteurs agricoles professionnels et organisés qui vivent dans les meilleures conditions. En vue de valoriser le noble métier du paysan professionnel, la FOPAC/NK a pour mission d’assurer la représentation et le plaidoyer des producteurs agricoles aux niveaux local, provincial, national, régional et international pour un leadership paysan dynamique, valorisant le genre et les jeunes agriculteurs professionnels. La FOPAC se dote des valeurs suivantes : Transparence et Culture de rendre compte ; Entrepreneuriat agricole ; Amour du travail bien fait.

 

AREAS D’INTERVENTION ET ACTIVITES

Areas/secteurs d’intervention principaux : la FOPAC intervient principalement dans le lobbying et le plaidoyer, la concertation thématique et structuration des OP, le renforcement des capacités des membres, l'accès à l'information/la communication et d'autres actions transversales.

Activités principales :

Lobbying et Plaidoyer.La FOPAC NK a une légitimité et constitue un interlocuteur incontournable vis-à- vis des autorités provinciales et locales, ce qui lui permet de faire aboutir ses actions de plaidoyer. A travers l’approche FACT (Farmers Advocacy Consultation Tool) développé par Agriterra, et avec le soutien d’ Agriterra, la FOPAC a mené avec succès du plaidoyer pour : (i) la suppression des taxes et barrières illégales en province du Nord Kivu ; (ii) la réduction des conflits fonciers en travers les différents campagnes foncières qui ont permis à ce que le paysan soit capable d’économiser 100$ au cours de l’année 2014 ; (iii) La réhabilitation des routes de desserte agricole. Grâce aux actions de lobbying de la FOPAC, le tronçon de 30Km, KOBOKOBO – NGUNGU en territoire de MASISI, a été réhabilité et cela a permis à ce que le sac de pomme de terre qui coutait 20$ à Ngungu, suite à l’état médiocre de la route puisse couter facilement 35$ après réhabilitation en juillet 2014. Ce qui a permis au producteur de gagner 15$ pour chaque sac vendu.

Grâce à l’accompagnement de la Eastern Africa Farmers Federation (EAFF)/ Programme d’Appui aux organisations paysannes africaines (PAOPA), et AGRITERRA la FOPAC a mené des actions de plaidoyer pour l’organisation du marché, ce qui a permis la mise en marché de plus de 80 tonnes de pomme de terre au prix de 48 à 50$, au lieu de 20 à 35$ jadis.

CORDAID a également accompagné la mise en place du SIMA (Système d’Information sur les Marchés Agricoles) au sein de la FOPAC/NK qui a permis aux producteurs l’accès en temps réel aux informations sur les prix et les a facilités de s’orienter plus sur le marché. Grâce à l’appui de ces 2 premiers partenaires, chacune de ces 4 coopératives a son plan d’affaires dont les actions de plaidoyer pour leur financement sont en cours.

Actuellement, la FOPAC avec ses membres mènent le plaidoyer pour la mise en place urgente des mesures d’application de la Loi portant Principes Fondamentaux Relatifs à l’Agriculture, surtout au sujet la matérialisation de l’exonération des intrants agricoles. Pour cette action, 20000 signatures pour la pétition sont déjà récoltées auprès de membres sur lesquelles seront ajoutées à celles des autres provinces avant l’introduction de la pétition au Parlement de la RD Congo.   

Autres sujets de plaidoyer sur le quels se centre la FOPAC sont : (i) l’augmentation de l’allocation budgétaire de l’Etat et de la Province du Nord-Kivu en faveur des producteurs agricoles ; (ii) la suppression des taxes et barrières illégales ; (iii) la gestion foncière ; (iv)  l’infrastructure routière ; (v) l’organisation et la mise en marché des produits agricoles ; (vi) le financement agricole par les IMF/Banques, la mise en place dans l’urgence des mesures d’application de la Loi Agricole.

Information, Education et Communication. La FOPAC dispose de trois grands canaux de diffusion des informations, à savoir : le SIMA (Système d’Informations sur les Marchés Agricoles), les journaux-bulletins (le Journal Wakulima Amkeni et le bulletin inter-OP de la Région des Grands-Lacs) les Emissions radios et diffusées. En outre, La FOPAC organise régulièrement des consultations décentralisées sur les questions agricoles (accès aux intrants, prix, fiscalité, tracasseries) et foncières. La FOPAC a organisé à deux reprises avec l’appui de ses organisations membres les Journées de la pomme de terre dans la région des Grands Lacs.Au cours de 2016 deux voyages d’étude/échange d’expériences ont été organisés au Rwanda/Musanze pour renforcer les bonnes pratiques des membres de 4 coopératives de pomme de terre de Masisi.

Renforcement des capacités de la FOPAC NK et ses membres.

·        Appui à la planification et évaluation des activités des OPA par filière ;

·    Appui à la production par : (i) distribution de 8 tonnes de semences pomme de terre à 4 coopératives structurées dans le Masisi ; (ii) vulgarisation et distribution de plus 100 guides techniques de pomme de terre ; (iii) formation sur les itinéraires techniques de production ; (iv) installation des champs de démonstration à Kilolirwe et Rubaya dont 1 ha/site ;Accompagnement des OPA dans la structuration : (i) accompagnement à l’opérationnalisation des organes des coopératives/OPA ; (ii) mise en place des outils de gestion au sein des coopératives/OPA ; (iii) formation des dirigeants des coopératives sur la conformité de leur structure à l’Acte Uniforme de l’Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires - OHADA) ;

·     Accompagnement des OPA dans la commercialisation : (i) Formation des producteurs en vente groupée ; (ii) Accompagnement pour l’élaboration des plans d’affaires des coopératives ; (iii) Organisation de l’écoulement des produits agricoles (pomme de terre) vers les centres de consommation.

Concertation et structuration des OP. Les organisations du Nord Kivu également mis en place les premiers Cadres Mixtes de Concertation Agricole (CMCA) qui constituent des espaces de dialogue entre les producteurs agricoles, le secteur privé et l’Etat au niveau des entités territoriales décentralisées et déconcentrées. Ces cadres sont l’initiative de la FOPAC et ont été reconnus par l’autorité provinciale par l’arrêté N°01/033/CAB/GP-NK/2005 du 18 octobre 2005. Le modèle de CMCA a donné naissance au Conseil agricole rural de gestion (CARG) qui est à présent le cadre de concertation au niveau des entités territoriales décentralisées et déconcentrées en RDC. Le CARG est une plateforme de concertation autour de la planification et de la coordination de la politique agricole ; les règles de gestion des terres agricoles ; les projets de texte législatif ou réglementaire relatif à l’agriculture. Toutes les entités territoriales décentralisées à savoir les 17 chefferies et secteurs, les 3 villes ainsi que les 6 territoires de la province du Nord Kivu ont implanté leurs CARG depuis mai 2009 et le Conseil Consultatif Provincial au niveau provincial fonctionne depuis la même période. La FOPAC s’est impliquée dans la mise en place des CARG et loge actuellement la coordination provinciale du CARG dont le Coordonnateur est issu de la société civile en l’occurrence l’organisation SYDIP.

Genre et Jeunes Agriculteurs. La FOPAC dispose d’un document de politique genre et jeunes agriculteurs pour la période allant du mois de Mars 2011et qui repose sur quatre axes stratégiques suivants en synergie les uns avec les autres : Axe 1 - Renforcement institutionnel de la FOPAC ; Axe 2 - Renforcement de la structure organisationnelle ; Axe 3 - Renforcement des capacités techniques ; Axe 4 - Intégration du genre dans les programmes de la FOPAC. En particulier, la FOPAC :

  • Assure la mise en place et le suivi des comités des jeunes agriculteurs au sein des OPA membres ;
  • Implémente la thématique genre et jeunes agriculteurs au sein des OPA membres ;
  • Assure la promotion et l’accompagnement des activités spécifiques des jeunes agriculteurs ;
  • Promeut la participation active des femmes et jeunes agriculteurs aux activités et aux organes de décision. Notons qu’au sein du CA de la FOPAC/NK les jeunes ont leur représentant à partir de la législature de Mai 2016. Il en est de même pour le comité de chaque union de la FOPAC.

Principaux produits des membres : Pomme de terre, Maïs, Soja, Manioc, Banane, Haricot, Huile de palme, Café, Cacao

 

PARTENARIATS

Partenariats principaux : Agence Française de Développement (AFD), Agriterra (pour une liste complète des projets financés par Agriterra, cliquez ici), Cordaid, Conseil Régional des organisations non gouvernementales (CRONG), Collectif Stratégies Alimentaires (CSA-asbl), Direction du développement et de la coopération de la Confédération Suisse, (DDC), Eastern African Famers Federation (EAFF), Food and Agriculture Organisation (FAO), Fonds International de Développement Agricole (FIDA), Gouvernement Provincial (Ministère de l’ Agriculture et les autres services Etatiques du secteur agricole), Programme Alimentaire Mondial (PAM), Oxfam Solidarité Belgique, Union Européenne (UE), VredesEilanden Country Offices (VECO).

Projets principaux : 

Adhésion à des autres organisations : La FOPAC est membre de : la Confédération Nationale des Producteurs Agricoles du Congo (CONAPAC) ; EAFF et par ce biais de l'Organisation panafricaine des agriculteurs (PAFO) ; Eastern and Southern Africa small scale Farmers' Forum (ESAFF)

 

SOURCES D’INFORMATION PRINCIPALES, PUBLICATIONS ET PRODUITS

  • FIDA, Projet d’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, 2015. Disponible ici;
  • FIDA, Projet d’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, Document de travail 1, Renforcement institutionnel des Organisations Paysannes, 2016 ;
  • FIDA, Projet d ’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, Document de travail 2, Plan d’affaires des services économiques des organisations paysannes (OP), 2016 ;
  • FIDA, Engaging with farmers’ organizations for more effective smallholders development, 2015. Authors: Roberto Longo, Pierre Baris, Valeria Galletti, Fanny Grandval.Disponible ici;
  • FOPAC, Bulletin inter OP de la Région des Grands Lacs, Aout 2016. Disponible ici;
  • FOPAC, Bulletin inter OP de la Région des Grands Lacs, Juillet 2016. Disponible ici;
  • FOPAC, Bulletin inter OP de la Région des Grands Lacs, Octobre 2015. Disponible ici;
  • Van Hoof, Frans. Changer l’agriculture congolaise en en Faveur des familles paysannes, 2011. Disponible ici 

 

Dernière mise à jour : Novembre 2016

 

 

Syndicat de Défense des Intérêts Paysans (SYDIP)

 

INFORMATION GENERALE

Contacts

Adresse : B.P. 561 Butembo, Province du Nord-Kivu, République Démocratique du Congo

Adresse e-mail : sydiprdcongo@yahoo.fr ; sydiprdcongo@gmail.com

Numéro de téléphone : +243 970052225; +243 8998811551

Nom du Président / Chef élu : Balitenge WANGAHEMUKA

Adresse e-mail du Président / Chef élu : balitengewanga@gmail.com 

Numéro de téléphone du Président / Chef élu : +243 994012018

Nom du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : Sage MUMBERE MASINDA(Secrétaire Général) 

E-mail du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire : sagemasindam@gmail.com

Numéro de téléphone du Secrétaire, Directeur ou Gestionnaire :+243 812142323 / +243 994054260

Site web :http://www.sydip.com/

Social Media :https://www.facebook.com/sydipong/

 

Couverture géographique

Couverture géographique : Province du Nord-Kivu, Nouvelle Province de l’Ituri (territoire de Mambasa et une partie du territoire d’Irumu), Province du Sud-Kivu (une partie du territoire de Kalehe).

Création et nature de l’organisation

Date de création : 04 Septembre 1993

Contexte de création : L’histoire des organisations paysannes congolaises remonte aux années 1990 avec le début de la transition démocratique du régime de Mobutu. Dans tous les secteurs de la société congolaise, en but à la centralisation et aux atteintes à la liberté d’expression, la population a commencé à se structurer pour faire valoir ses intérêts spécifiques.

Au Nord-Kivu, une jeune ONG nommée le Conseil Techniquepour ledéveloppement Rural (COTER) quant à elle, promut la création du Syndicat de Défense des Intérêts Paysans (SYDIP).

Statut juridique : Le SYDIP est un syndicat agréé par l’arrêté ministériel N° 038 du 04/09/1993 du ministère national du travail, main d’œuvre et prévoyance sociale et l’ordonnance loi n° 663/CAB/MIN/J/2004 accordant au SYDIP la personnalité juridique.

 

MEMBRES

Organisations membres

Nombre des organisations membres (pour les Unions et Fédérations) : 24[1]

Type des organisations membres : Actuellement le SYDIP compte 12 fédérations et 12 coopératives

Noms des principales organisations membres : Le SYDIP a des membres personnes physiques qu’il accompagne à travers 12 fédérations (filières) agricoles.

  • La coopérative paysanne d’écoulement des produits agricoles de Bikara « COOPEPABI » (spécialisée dans la production de la pomme de terre en territoire de Lubero)
  • La coopérative des agriculteurs de la pomme de terre  de Munyakondomu « COAPMU »
  • La coopérative d’écoulement des produits agricoles/Pomme de terre de Kipese « COEPAPKI »
  • La coopérative agricole Kitsungu « COAKI » (spécialisée dans la pomme de terre)
  • La Coopérative Paysanne d'Ecoulement des Produits Agricoles/Huile de palme de Mutwanga "COOPEPAMU"
  • La Coopérative d'Ecoulement des Produits Agricoles d'Oicha "COEPAO" (spécialisée dans la production du riz) en territoire de Beni
  • La Coopérative d’écoulement des poissons du Lac Edouard "COEPLE"
  • La Coopérative Agricole Mboko'Elame « CO.A.M.E » (spécialisée dans la production des bananes dans le territoire de MASISI)
  • La Coopérative Paysanne d'Ecoulement des Produits Agricoles de Kasugho « COOPEPAKA » (spécialisée dans la production de manioc)
  • La Coopérative d'Ecoulement des Produits Agricoles/Vivres de Mutwanga "COOPEPAMU-Vivres"
  • La Coopérative d'Ecoulement des produits Agricoles de Vusorongi "COEPAV" pour le manioc
  • La Coopérative agricole de PELEKI « COAP » dans la province de l’Ituri

N.B : Ces coopératives sont structurées dans différents centres agricoles du SYDIP pour permettre aux membres du SYDIP l’écouler/commercialiser leurs produits agricoles sur les marchés. D’autres coopératives sont encours de structuration. Le SYDIP a également participé à la structuration de la coopérative KAWA KABUYA (appuyé par VECO) pour la commercialisation du café de qualité.

Membres individuels

Nombre des agriculteurs/producteurs individuels membres : 18 750 (donnés SYDIP 2016)

Type de membres : éleveurs, pêcheurs et petits producteurs (exploitants familiaux)

Nombre de femmes agricultrices/productrices membres : 45 % des femmes (2250). 

GOUVERNANCE ET STRUCTURE

Organes directeurs :  Le congrès (Assemblée générale des membres) ; la Véranda Centrale (Conseil d’Administration) ; la Commission de Contrôle et le Secrétariat Général.

Organisation Le SYDIP est structuré de la base au sommet : les comités locaux (regroupement des producteurs dans un ou deux villages rapprochés), les centres agricoles (concertation des producteurs en provenance d’au moins quatre comités locaux), les secteurs agricoles (concertation des producteurs provenant d’au moins trois centres agricoles dans une même contrée), les fédérations agricoles et les coopératives agricoles.

 

OBJECTIFS ET MISSION

Plan stratégique : Le Plan stratégique (2013 -2017) œuvre à l’émergence de coopératives agro-entreprises rurales intégrées aux PDL des secteurs et chefferies décentralisés où ils accèdent aux marchés locaux et frontaliers plus rémunérateurs. L’objectif est que 5000 paysans membres de SYDIP soient réunis dans 12 filières agricoles « chaines des valeurs » ayant permis l’émergence de 35 coopératives agro-entreprises rurales à travers les secteurs et chefferies décentralisés où ils accèdent aux marchés locaux et frontaliers plus rémunérateurs.

Objectifs de l’OP : Le SYDIP a pour objectif l’éclosion d’un mouvement paysan national par la protection et la promotion des intérêts professionnels des personnes occupées dans l’agriculture, l’élevage et la pêche, ainsi que le progrès économique, social et moral.

Mission et Vision de l’OP :

Vision :

  • Un paysan professionnel dans un monde rural laborieux, solidaire et juste ;
  • Pour le développement durable des activités, SYDIP veut avoir des entreprises coopératives agricoles rurales portées par un syndicat paysan au service de ses membres.

Mission :

  • Accompagner juridiquement les membres ;
  • Accompagner techniquement les membres ;
  • Sensibiliser et concrétiser les paysans à la culture syndicale et à l’économie ;
  • Promouvoir le genre et la jeunesse agricole pour la considération des femmes et des jeunes paysans au sein du SYDIP ;
  • Rechercher activement le marché rémunérateur des productions agricoles des membres ;
  • Lutter contre l’attentisme.

AREAS D’INTERVENTION ET ACTIVITES

Areas/secteurs d’intervention principaux : services aux membres, appui à la production et à la commercialisation, genre.

Activités principales :

Services aux membres

  • Accompagnement juridique. Grâce à la formation de 1 500 paras juristes, le SYDIP propose une gamme étendue d’accompagnement dans le domaine juridique, comme l’assistance juridique, la traduction des documents légaux ou administratifs (Code Foncier, Immobilier et du Régime des suretés, procédures civiles et pénales, code de la famille, code d’organisation et compétences juridiques) en Swahili ;
  • Légistique et rédaction légale. Le SYDIP a élaboré des principes fonciers et coutumiers dans 5 chefferies et 3 secteurs dans les territoires de Beni et de Lubero dans la province du Nord-Kivu, ainsi que proposé un contrat modèle d’amodiation des terres coutumières ;
  • Sensibilisation et médiation. Le SYDIP est investi dans la résolution des conflits entre ses membres par la médiation. De plus, il effectue un travail de sensibilisation sur la lutte contre la pêche illicite sur le Lac Edouard ;
  • Structuration des paysans en organes et en fédérations agricoles : 615 comités locaux ; 95 centres agricoles ; 19 secteurs agricoles ; 12 fédérations agricoles ;
  • Entreprise économique. En 2012, le SYDIP procède à une sensibilisation sur l’entreprise économique.de ses et débute de la création des coopératives agricoles : 8 coopératives créées par les paysans au sein des centres agricoles du SYDIP.

Appui à la production et à la commercialisation

  • Formation. Formation des Moniteurs Agricoles, formation sur les techniques culturales des producteurs, le traitement et le conditionnement des produits ;
  • Innovation variétale et multiplication de semences avec la création de stations de multiplication des semences (Irango, Vuyinga, Mutwanga et Maymoya pour le café ; Kasinga pour la pomme de terre. Pour la production des géniteurs à Kasinga, Vuyinga et Maywano), et la formation des multiplicateurs semences (pomme de terres et riz). En collaboration avec l’Université Catholique du Graben, le SYDIP a permis la création de 8 variétés des pommes de terre et plus de 100 autres encours de création.
  • Fourniture. Grace au développement de la production de semences, le SYDIP est en mesure de fournir un appui en semences et géniteurs de qualité. Sur l’ensemble des intrants, le SYDIP effectue un fort lobbying pour obtenir des exonérations sur les taxes touchant les intrants.
  • Développement de la filière café avec l’installation des pépinières du café dans les milieux ruraux.
  • Marketing agricole. Formation des membres des comités de gestion des coopératives sur les outils de gestion et techniques de commercialisation des produits agricoles.
  • Promotion des produits locaux. Le SYDIP organise des séances de dégustation dans les restaurants de Butembo pour montrer la qualité des produits locaux, principalement la pomme de terre ;
  • Réseau de distribution. Commercialisation des produits à travers les coopératives agricoles.
  • Système d’information des marchés (SIM). Le SYDIP publie un SIM des prix des différents produits agricoles à travers les émissions radiodiffusées hebdomadaires et affichage des pris dans différents marchés locaux de leur zone d’intervention.
  • Calcul de rentabilité des champs de pomme de terres. Le SYDIP a vulgarisé le « calcul de rentabilité des champs de pomme de terre ». Il s’agit d’un modèle simple du compte d’exploitation adapté aux paysans, qui permet au producteur de visualiser l’ensemble des coûts (en nature et en espèces) pour les différents travaux et pour les intrants agricoles. Il peut également visualiser la production qui provient du champ (autoconsommation, semences, vente) ainsi que les recettes de la vente.

Département femme et promotion du genre

  • Structuration. Structuration du département femme en organes syndicaux et dans les fédérations agricoles.
  • Formation et sensibilisation. Le SYDIP a organisé des formations sur les principes coutumiers contraignant des femmes ainsi que sur les notions de rentabilité des activités agricoles et les techniques culturales, Le SYDIP propose aussi des activités de renforcement des capacités des femmes sur le genre. Il promeut aussi la bonne gouvernance à travers des formations à destination des dirigeants.

Principaux produits des membres : Café, quinquina, papaïne, pomme de terre-blé, palmier, fruits et légumes, pêche, Vivres (Maïs, haricot, soja), banane, riz et arachide, manioc et élevage.

 

PARTENARIATS

Partenariats principaux : Agence Française de Développement (AFD), Agriterra, Collectif Stratégie Alimentaire (CSA), Direction du développement et de la coopération (DDC), FIDA, International Fertilizer Development Center (IFDC), Union Européenne, Un HABITAT, VECO, World Wide Fund for Nature, ZOA, World Vision. 

Projets principaux : 

  • Programme d’ Appui aux Organisations Paysannes Africaines(PAOPA) 2013-2017, (financé par FIDA, UE, DDC, AFD) visant soutenir le renforcement des capacités des organisationspaysannes africaines ; Le SYDIP participe au PAOPA en tant que membre de la Eastern Africa Farmers Federation (EAFF);
  • Projet d’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), (financement FIDA). Dans le cadre de ce projet, le SYDIP, avec la Ligue des Organisations des Femmes Paysannes du Congo (LOFEPACO), la Fédération des Organisations des Producteurs Agricoles du Congo (FOPAC) et la Coopérative Centrale du Nord Kivu (COOCENKI) est responsable de l’exécution d’une composante du programme sur la base de certains critères et d’un profilage institutionnel qui a été menée pendant la phase de formulation du projet. Le SYDIP a été retenu dans le cadre du PASA-NK comme organisation chef de file pour la filière pomme de terre. Ceci tient au travail pionnier effectué dans ce domaine;
  • Programme d’appui à la dynamique entrepreneuriale coopérative(financement Agriterra) (2011-2015) ;
  • Programme d’intensification agricole en territoire de Beni et Lubero ; Programme d’appui à la chaine des valeurs riz en territoire de Beni (2014-2016) ; Programme d’agroforesterie dans les plantations de café en chefferie de Bashu dans le territoire de Beni (2015-2016) (financement VECO) ;
  • Projet Eco-Makala, en collaboration avec le WWF (reboisement près du parc Edouard) pour lutter contre le changement climatique ;
  • Catalyze Accelerated Agricultural Intensification for Social and Environmental Stability (CATALIST 2) (2013-2016) (financement coopération hollandaise), en collaboration avec IFDC, dans le mega cluster pomme de terre-blé en territoire de Lubero et dans les hautes terres du territoire de Beni ;
  • Projet « PAMOJA » exécuté en territoire de Lubero dans la province du Nord Kivu dans le cadre d’appui à la promotion agro-pastorale et du développement des filières agricoles (2012 – 2015), avec le financement de ZOA;
  • To reduce food security and improve health and nutrition among chronically food insecure households in Masereka (Lubero Territory) (BMZ Project) (2015-2019) en partenariat avec World Vision.

Adhésion à des autres organisations :

Au niveau national, le SYDIP est membre de la FOPAC, de la LOFEPACO et de la Conféderation Nationale des Producteurs Agricole du Congo. Au niveau régional, le SYDIP est membre de Eastern Africa Farmers Federation (EAFF) et par ce biais de l’Organisation panafricaine des agriculteurs (PAFO).

 

AUTRES INFORMATIONS : Le SYDIP travaille aussi en collaboration avec les universités de la place : cas de l’Université Catholique du Graben (UCG) dans le cadre de la recherche des nouvelles variétés de la pomme de terre  et d’autres semences à travers la faculté d’agronomie et l’Université Chrétienne Bilingue du Congo (UCBC) dans le cadre du foncier pour la cartographie numérique des localités/et concessions.

 

SOURCES D’INFORMATION PRINCIPALES, PUBLICATIONS ET PRODUITS

  • AgriCord, Agro-info.net, Profil du SYDIP. Disponibleici ;
  • FIDA, Projet d’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, 2015. Disponible ici;
  • FIDA, Projet d’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, Document de travail 1, Renforcement institutionnel des Organisations Paysannes, 2016 ;
  • FIDA, Projet d ’Appui au Secteur Agricole dans la Province du Nord Kivu (PASA-NK), Rapport de conception finale, Document de travail 2, Plan d’affaires des services économiques des organisations paysannes (OP), 2016 ;
  • FIDA, Engaging with farmers’ organizations for more effective smallholders development, 2015. Authors: Roberto Longo, Pierre Baris, Valeria Galletti, Fanny Grandval.Disponible ici.
  • FIDA/PAOPA, Final Report of the SFOAP Pilot Phase (comprenant des études de cas sur les expériences réussites), 2013. Disponibleici.
  • Groupe de recherche et d’échanges technologiques (GRET), Etude sur la problématique foncière au Nord-Kivu, RDC, Janvier 2010. Disponible ici.
  • HVA, University of Leuven, Mission NORD-KIVU et SUD-KIVU – Rapport d’évaluation, Novembre 2009. Disponible ici
  • J. MUMBERE MATUMO, Organisations paysannes et financement de l’agriculture en territoire de Lubero : « cas du SYDIP », 2009 ;
  • F. Van Hoof, Changer l’agriculture congolaise en faveur des familles paysannes, 2011, 146 pages. Disponible ici ;
  • F. Van Hoof, Des organisations congolaises volontaires et déterminées, Defis Sud, juin-juillet 2011, 3 pages. Disponible ici ;

                                              

Dernière mise à jour : Septembre 2016



[1] Le SYDIP a structuré les paysans autour des filières agricoles, ce qu’il appelle « fédérations agricoles ». Chaque membre identifie une ou deux cultures ou spéculations agricoles dans lesquelles il veut se professionnaliser et adhère à la fédération de cette ou ces filières.